Coriandre – coriandrum sativum L. (L. comme Linné qui l’a répertorié!)

Elle fait partie de la famille des ombellifères, comme la carotte sauvage.

Tu connais forcément la coriandre en feuilles de ton panier AMAP ! J’utilise les graines pour leur goût poivré et satisfaire mon palet. Certains de mes clients l’ajoutent en complément à leur moulin à poivre.

L’infusion de semences (graines) est stimulante, digestive et carminative. Mais ici je ne parlerai que de la cuisine.

Bien-sûr tu connais le taboulé libanais avec sa coriandre ciselée.

Les purées de pommes de terre trouveront un goût poivré orignal avec quelques tours de moulin.

Je te donne ma recette maison ! Je fais cuire à l’eau des patates entières non pelées. Une fois cuites, limite fondantes, je les pèle avec couteau et fourchette. Dans un plat creux je les écrase à la fourchette en ajoutant en même temps de l’huile d’olive de la meilleure qualité. J’arrête quand il reste encore quelques morceaux de pomme de terre. J’assaisonne avec mon moulin poivre/coriandre et bien-sûr du gros sel. Pour les gourmand.e.s, j’ajoute de la levure maltée ou du fromage râpé ! Mmh rien de d’y penser j’ai déjà faim !

Hier soir j’ai préparé un bobun : vermicelles de riz, champignons frais ciselés, pousses de soja entières et bio, graines de coriandre. Dans un grand bol, j’ai mis tous les ingrédients. Les vermicelles sont alors crus. J’ajoute de l’eau bouillante jusqu’en haut du bol. Je couvre avec une assiette. J’aime beaucoup cette technique de cuisson étouffée et basse température. Si tu es pressé.e, 1/2 heure d’attente suffit. Une heure pour fondre de plaisir est ce que je préfère !

J’aime beaucoup le fromage de chèvre frais, du fromager ! Il est déjà parfait ainsi mais je l’améliore avec quelques graines de coriandre, de l’huile d’olive évidemment et des feuilles de sarriette. Je le laisse s’imprégner quelques heures au frigo entre deux assiettes. Sur une tranche de pain de campagne, c’est un délice !

La Bourrache, amie de l’hiver et des gorges sensibles

Borrago officinalis L.            Famille des borraginacées

J’ai récolté la bourrache à 10 ans, dans la campagne corse, avec ma grand-mère.

C’est une jolie petite fleur bleue avec des poils raides, un peu piquants pour les mains jeunes. La corolle étoilée réunie des étamines noires. La Bourrache est annuelle. Pousse facilement et fleurie de mai à août. Il est impératif de la sécher rapidement après récolte. Sans quoi, les fleurs peuvent perdre leur couleur, noircir et moisir.

Son nom vient des Maures d’Espagne, qui à cause de ses vertus sudorifiques, l’auraient nommée : « Aubourach » – « le père de la sueur ». On entend aussi qu’elle viendrait du latin « borrago » et « cor-ago », qui stimule le cœur. On la sait apéritive, dépurative et sudorifique, en fleurs (contient des tanins).

J’utilise les fleurs pour ses propriétés expectorantes, émollientes, antitussives. Je l’associe à la mauve et au bouillon blanc : rhume, bronchite, pneumonie.

On la trouve sous forme d’huile (macérât huileux) car elle est excellente pour la peau. Grâce à son mucilage, elle préviendrait du vieillissement cutané. L’huile de bourrache aiderait à lutter contre l’acné juvénile et les vergetures. Une autre plante pour une belle peau: le calendula officinalis.

J’ai appris que pour l’acné, on peut préparer un jus d’herbe dépuratif : les feuilles fraîches de bourrache, le pissenlit et le cresson écrasés.

Une petite recette de sorcière : le suc frais (120g), mêlé à 3 ou 4 tasses de petit-lait ou de bouillon de veau, est, dit Roques (1837), « une excellente boisson lorsque les reins et la vessie ont un état de spasmes ou d’irritation, et que les urines coulent difficilement ».

Attention ! Sa teneur en alcaloïdes la rend déconseillée aux femmes enceintes, personnes souffrant de troubles hépatiques (foie) et épileptiques.

Le cynorrhodon, fruit de l’églantier

Rosa canina – famille des rosacées – différent de la ronce!

Nous sommes en janvier. Il fait froid. Certains disent que l’hiver n’est pas arrivé mais le cynorrhodon a eu le temps de rougir pour mon plus grand plaisir! Ce matin je me suis promenée au parc des Beaumonts. Un parc naturel à Montreuil (93). J’ai eu le plaisir de prendre mon petit-déjeuner avec le cynorrhodon.

Ce fruit – de l’églantier – est gorgé de vitamines A, B et C (surtout!). Ma grand-mère me parlait du poil à gratter qu’elle cueillait dans son jardin. Lorsque j’ai travaillé avec des paysans herboristes, j’étais étonnée de savoir que ce poil à gratter n’était autre que ce célèbre cynorrhodon !

En effet je vois les fruits rougir entre octobre et mars. Ils se composent d’une peau, une pulpe très bonne, de graines et de poils à gratter. Pour le déguster sur place il faut le presser légèrement pour en extraire la pulpe. Elle est gorgée de vitamines utiles en hiver telles que la vitamine C. Pas étonnant qu’il mûrisse à l’approche de l’hiver :

100 grammes de cynorrhodons contiennent autant de vitamines C qu’1 kilo de citrons ! Une dizaine de fruits écrasés pour ¼ de litre d’eau froide. Faire bouillir 4 à 5 minutes. Laisser infuser 10 minutes. Boire 1 tasse chaude midi et soir.

Les poils à gratter – qui démangent vraiment ! Je connais le cynorrhodon comme astringents et laxatifs, très efficaces contre les oxyures. Tu sais, ces petits vers qui grattent le cul.

 

Attention ! Toxicité !Attention à la toxicité des fruits à dose élevée. On note un effet sédatif, spasmolytique avec baisse de l’activité neuromusculaire.

Le Bleuet pour une jolie peau ferme

Le Bleuet – Centaurea cyanus

As tu déjà vu un bleuet à l’état sauvage ? C’est une magnifique petite fleur bleue, de la famille des composées tubuliflores. Elle est de la délicatesse d’un bijou.

Je connais le bleuet car ma grand-mère l’utilisait comme lotion de beauté maison. Elle l’employait sur le visage pour tonifier et raffermir l’épiderme.

Je connais surtout le bleuet comme remède externe pour les yeux malades. J’ai trouvé une recette :

Dans l’Antiquité on pensait que le bleuet soignait les yeux bleus et le plantain, les yeux marrons.

Une petite recette pour laver les yeux : 10 grammes de feuilles de plantain, 5 grammes de fleurs de bleuet, 5 grammes de mélilot. Verser dessus 150 grammes d’eau bouillante. Infuser ¼ d’heure. Passer et exprimer. Prendre 2 ou 3 bains d’yeux avec une œillère en ouvrant l’œil dans le bain ou en lotions tièdes en changeant chaque fois le coton. Utile en cas de conjonctivite, irritation des paupières, faiblesse de la vue.

 

Quelques notions scientifiques :

La tige et les feuilles contiennent un glucoside (centauréine), une substance colorante bleue, appelée cyanine. Les fleurs regorgent de dérivés flavoniques et anthocyanosides. En un mot, des propriétés anti-inflammatoires.

 

Tu peux retenir les propriétés anti-rhumatismales, diurétiques, astringentes (lavage oculaire, orgelet, lavage du cuir chevelu à pellicules, bains de bouches …), soins de la peau.

La grande consoude qui ressoude

Dite « symphytum officinale », de la famille des borraginacées, elle pousse dans les endroits humides, marécageux, les sols gorgés d’eau.

Il ne faut pas la confondre avec la digitale – plante hautement toxique – (photo ci contre), que j’ai aussi trouvé dans des campagnes humides. Je signale cela car, avant la floraison, on pourrait s’y méprendre. La digitale fleurit avec des fleurs   » bouches  » violettes.

La grande consoude dépasse rarement les 70 cm de hauteur. Elle fleurit de mai à juillet. Elle est quasi indélogable d’un jardin naturel. On utilise principalement sa racine. La racine à sécher se récolte de l’automne au printemps. On la trouve toute l’année pour une usage immédiat.

La grande consoude, dont je mets la photo ci-dessous, comporte des fleurs roses, violacées ou d’un blanc jaunâtre. Elles sont roulées sur elles-mêmes avant la floraison. Se déploient progressivement ensuite.

La grande consoude qui ressoude vient du latin consolida de consolido: je consolide, je répare. En effet elle est une cicatrisante très efficace grâce à la présence de l’allantoïne. L’allantoïne rend la plante astringente des tissus.

EN INTERNE

Certains l’utilisent en interne, en tisane, en cas de brûlures d’estomac. Egalement très riche en mucilage, elle se montre émolliente et calmante. Je la connais en usage externe et préfère te la conseiller ainsi.

EN EXTERNE

On utilise la racine, fraîche de préférence, épluchée, bien lavée, ébouillantée, broyée. A défaut la décoction concentrée (200 g de racine sèche pour 1 litre d’eau; bouillir 1/4 d’heure). La grande consoude déterge les plaies, tarit les suppurations, entraîne une régénération rapide des tissus. Il est indispensable, bien entendu, de nettoyer la peau avant application.

En cas de fêlures je l’ai connu comme cataplasme directement sur la plaie. On réalise un cataplasme de grande consoude avec les feuilles ou les racines fraîches. Il est nécessaire de piler les plantes. On l’applique ensuite directement. A renouveler régulièrement selon le cas à soigner.

La Bardane. Excellente pour la peau!

Herbes aux pouilleux, herbes aux teigneux, oreille de géant … On peut la confondre avec le chardon-marie dont elle est de la même famille. Une astuce bien connue: le velcro! Cueilles une fleur et tentes de l’accrocher à un vêtement. Ou bien, retournes une feuille. Si elle est dentelée et blanche duveteux en-dessous c’est la bardane!

PEAU: Quand on vient me voir pour des affections cutanées chroniques telles que l’eczéma, de l’acné, ou des petits boutons qui ne partent jamais, je pense à la bardane. Excellente dépurative (eczéma, acné, furonculose, impétigo). Indiquée en cas de psoriasis paraît-il. Cette maladie étant complexe, je conseillerai un bilan complet alimentation, vie, soins. Dans tous les cas, je crois favorable d’aller vers des repas végétariens, riches en fibres: farine semi-complète, légumes crus de préférence, des omégas 3. Continuer la lecture de La Bardane. Excellente pour la peau!

Bouillon blanc – Verbascum thapsus L.

De la famille des scrofulariacées, on la connaît aussi sous le nom de « bouillon jaune, ou « oreille de loup ». En effet ces longues feuilles duveteuses et charnues – blanches grises – nous rappellent des ailes ou oreilles… et ses fleurs sont jaunes. On cueille ces dernières dès les premiers bourgeons.

USAGE INTERNE

J’ai connu le bouillon blanc comme remède à un appareil digestif irrité. On le sait émollient, adoucissant, pectoral. Utile dans les affections des bronches: toux, catarrhes aigus et chroniques, asthme des vieillards. Sucrer au miel: fleurs de bouillon blanc (30g), fleurs de coquelicot (20g), fleurs de mauve (10g), fleurs de tussilage (20g). Ce mélange est destiné aux adultes en priorité. Demander l’avis d’un.e herboriste pour un enfant.

USAGE EXTERNE

Dans les coliques intestinales on utilise la décoction de bouillon blanc en lavement. Cuites dans du lait et appliquées en cataplasmes elles calment la douleur des hémorroïdes. Préparation également possible sur les inflammations, furoncles ou panaris, qu’il calme et fait mûrir.

Calendula officinalis L.

De la famille des composées. Une botaniste t’expliquera le lien entre le nom et la composition des tiges.

Cette plante très connue et très invasive s’avère pourtant riche en mucilage. Tu sais elle colle un peu aux doigts lorsqu’on la cueille fraîche. Ceci la rend intéressante en cas de brûlure, eczéma, plaies ou engelures graves. On peut la préparer pour cela en teinture mère, en onguent avec du saindoux, ou bien simplement en décoction concentrée.

Les fleurs fraîches, macérées dans le vinaigre, peut aider, avec un peu de temps, à guérir une verrue. On la retrouve souvent dans des préparations pour la peau (type baume à la cire d’abeille)

On la sait également sudorifique. L’infusion du Soucis s’utilise en cas de grippe, bronchite, ou pneumonie. Selon les cas on peut l’associer avec la bourrache.

Pour les femmes: dans l’aménorrhée et la dysménorrhée on la recommande pour aider la réapparition des règles insuffisantes ou supprimées. Ou bien pour aider à réguler le cycle. elle s’utilise en tisane ou en teinture mère. Voir Plantes et contraception naturelle

On utilise l’eau distillée de souci en cas de conjonctivite, ou ophtalmie chronique.

 

 

Basilic – Ocimum Basilicum L.

Sais-tu que le basilic de ta salade italienne regorge également de propriétés fabuleuses?

On le connaît pour ses qualités antispasmodiques et digestives. Il est prescrit en cas de nervosisme, troubles de l’estomac, insomnies d’origine nerveuse, vertiges, migraines et angoisses. Bref il est recommandé d’en avoir un pot dans sa cuisine! C’est un véritable calmant. J’ai même lu qu’il se fumerait …

 

Frais également, il est désinfectant et anti-infectieux. Il est conseillé en cas de vers intestinaux (cf l’article sur l’Ail).

 

On viendrait à bout de la plus rude des constipations grâce au vin de basilic.

Faire macérer pendant 3 jours: 4 cuillères à soupe de basilic séché dans 1 litre de vin. Le quatrième jour, passer, exprimer et sucrer selon votre goût.

2 cuillères à soupe mélangées à 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, 2 à 3 fois dans la journée, jusqu’à amélioration.

Achillée millefeuille – Achillea millefolium L.

Je présenterai ici les vertus de cette plante comme destinée aux femmes. En effet elle m’a été de grand secours lors de mes règles trop abondantes pour demeurer supportables. On utilise les feuilles et les fleurs. Les feuilles pointent leur nez au printemps et les fleurs en été – juin juillet. Elle se cultive mais les botanistes la trouveront facilement sauvage.

Cela étant, on m’a souvent venté les vertus des plantes sauvages en comparaison aux cultivées.

 

USAGE EMMÉNAGOGUE

En cas de règles douloureuses, insuffisantes ou supprimées, cette merveille aidera sans doute à les faire revenir. En étudiant divers cas, il semblerait que l’Achillée Millefeuille vient à bout de ces règles absentes quel qu’en soit les cas.

On recommande de la consommer fraîche de préférence, en infusion à 5%, infusée 10 minutes. Deux conseils: une poignée de plantes par litre. Ou bien une pincée par tasse.

 

Attention si vous la cueillez sauvage! Ne pas la confondre avec la grande cigüe – Conium maculatum. Plante toxique de la famille des ombellifères. L’achillée millefeuille étant une composée. Composée? Le début de la réponse vient de la formation des fleurs.