L’hysope – hyssopus officinalis

Quand je parle de l’hysope, je parle aussi du thym et du romarin, dont les propriétés toniques et stomachiques sont assez proches.

J’écris ici à propos de l’hysope comme amie des gorges fragilisées en hiver. Pierre Lieutaghi, nous met cependant en garde. Il s’agit d’une plante, aux vertus béchiques notables, va assécher et nettoyer les centres nerveux de la respiration. C’est pour cela que les gorges irritées sèches vont trouver meilleur remède avec le bouillon blanc, la mauve et la guimauve.

L’hysope aura tendance à assécher une toux déjà sèche. Elle reste utile en cas de toux grasse à purifier. Le bouillon blanc, comme dit ici, possède des propriétés émollientes. Le bouillon blanc adoucira et soignera les gorges sèches.

En cas d’affections bronchiques donc, il convient de préparer une tisane : 10 à 20 g d’hysope dans une théière, couvrir d’un litre d’eau chaude (non bouillante!),filtrez au bout de 10 minutes. Buvez !

 

 

Une productrice de PPAM (Plantes à Parfum Aromatiques et Médicinales) m’a parlé de l’hysope dans la cuisine. Fraîche elle est excellente pour relever une salade. On peut la trouver au jardin en juin ! Sèche, elle ravira les papilles des carnivores ou des amateurs de poissons au four. Bon appétit !

 

Attention ! Les personnes épileptiques doivent se détourner de l’huile essentielle d’hysope.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *