Calendula officinalis L.

De la famille des composées. Une botaniste t’expliquera le lien entre le nom et la composition des tiges.

Cette plante très connue et très invasive s’avère pourtant riche en mucilage. Tu sais elle colle un peu aux doigts lorsqu’on la cueille fraîche. Ceci la rend intéressante en cas de brûlure, eczéma, plaies ou engelures graves. On peut la préparer pour cela en teinture mère, en onguent avec du saindoux, ou bien simplement en décoction concentrée.

Les fleurs fraîches, macérées dans le vinaigre, peut aider, avec un peu de temps, à guérir une verrue. On la retrouve souvent dans des préparations pour la peau (type baume à la cire d’abeille)

On la sait également sudorifique. L’infusion du Soucis s’utilise en cas de grippe, bronchite, ou pneumonie. Grâce à son mucilage elle va tapisser la gorge irritée et peu à peu aider à stopper la toux. Selon les cas on peut l’associer avec la bourrache.

Pour les femmes: dans l’aménorrhée et la dysménorrhée on la recommande pour aider la réapparition des règles insuffisantes ou supprimées. Elle peut aussi aider à réguler le cycle. Je l’ai utilisée avec l’Achillée millefeuille. Elle s’utilise en tisane ou en teinture mère. Voir Plantes et contraception naturelle

On utilise l’eau distillée de souci en cas de conjonctivite, ou ophtalmie chronique. Pour un bain oculaire on peut utiliser l’eau de bleuet.

Elle peut aussi décorer une salade. Pour cela il suffit de déshabiller les pétales. Je les utilise pour aiguiller un pesto de lentilles vertes. Mais le mieux serait que vous imaginiez vous même le plus bel usage!

Les propriétés de cette plante sont issues de livres de référence. Ils sont détaillés ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *